Natation

Bébé nageur

Bébé nageur

Si vous êtes jeunes parents ou Maîtres Nageurs, vous trouverez dans cet article les connaissances de base à avoir avant de commencer l’activité de bébé nageur.

Les pré-requis

  • Vous pouvez retrouver cette activité en association, en club privé, en piscine municipale ou en cours particulier. Les tarifs sont très variables, entre le système associatif, avec des forfaits à l’année, et le système privé, payable à la séance.
  • L’activité de bébé nageur peut débuter dès l’âge de 4 mois jusqu’à 4-5 ans, pour s’orienter dans une suite logique d’apprentissage de la nage.
  • Un certificat médical de non contre-indication à la pratique des bébés nageurs, ainsi que les 2 premières injections vaccinales préconisées à 2 et 4 mois (article L 3111-2 du Code de la santé publique) sont requis pour démarrer l’activité.
  • Un bassin possédant une température à 32°C, soit la température idéale pour que les enfants ne tombent pas en hypothermie durant la séance. Il faudra aussi que cette piscine possède des textes officiels, à savoir le « POSS » (Plan d’Organisation de la Surveillance et des Secours) et un « règlement intérieur ».

Les contre-indications médicales

Cette partie est là afin de protéger vos enfants en citant les cas à risque. Elle n’a pas pour but de vous rendre « hypochondriaque » envers une activité qui possède beaucoup plus de vertus que de risques. Mais je reste convaincu, qu’il vaut mieux prévenir que guérir !

  • Absolues : Nous allons voir ici quelques exemples de pathologies pour lesquelles la pratique des bébés nageurs sera plutôt déconseillée, afin de ne pas prendre de risque avec la santé de l’enfant.
  • Certaines cardiopathies
  • Les affections respiratoires sévères
  • Un déficit immunitaire
  • Des troubles continus de la déglutition
  • Ou bien des maladies chroniques, telles que les otites répétées avec perforation du tympan. N’ayez pas d’inquiétude si votre enfant possède des « diabolos » ou « yoyos » (aérateurs transtympaniques), il pourra quand même pratiquer l’activité. Il faudra en avertir le Maître Nageur encadrant, car cela induit une interdiction d’immersion et si possible, la mise en place des protections telles que, bouchons d’oreilles ou bandeaux, afin de limiter les risques. Votre enfant pourra pratiquer toutes les activités émergées et bénéficier de leurs bienfaits.
  • Relatives : Il s’agit ici des affections qui demandent un avis médical approfondi.
  • Les maladies neurologiques, comme certaines formes d’épilepsie.
  • Les maladies respiratoires, telles que l’asthme.
  • Temporaires : C’est-à-dire les maladies passagères qui demandent, par « bon sens », de ne pas venir à quelques séances, le temps de la guérison.
  • Maladies infantiles
  • Etats fébriles et infections passagères
  • Fièvre
  • Rhinites purulentes
  • Conjonctivites
  • Otites
  • Diarrhées
  • Affections cutanées transmissibles
  • Eczéma suintant
  • Plaies non cicatrisées

Conseils avant et après les séances

Je vous propose ici quelques conseils pour passer la séance la plus agréable possible, avec une hygiène irréprochable.

  • Évitez les repas ou biberons à moins d’1h de la séance afin d’éviter les régurgitations, s’ils boivent la tasse.
  • Se moucher avant la séance, car l’eau va avoir tendance à faire couler des sécrétions nasales, surtout si vous êtes un peu enrhumé.
  • Se démaquiller pour les parents.
  • Passer aux toilettes ou sur le pot avant, pour les plus grands et mettre une couche pour piscine pour les plus jeunes. L’eau étant à 32°C, cela aide au relâchement  musculaire et amène souvent à devoir couper la séance pour un pipi pressant, sortir de l’eau en repartant dans le froid.
  • Douche savonnée avant la séance. Plus nous apportons de matière organique dans l’eau, plus nous activons l’effet du chlore, amenant à une augmentation du taux de trichloramines et aux irritations oculaires et cutanées. Se doucher permet simplement d’amener le moins de contamination possible dans l’eau.
  • En fin de séance, vous pouvez prévoir du sérum physiologique, afin de vous rincer les yeux en cas d’irritation, ainsi qu’un petit goûter pour votre bébé nageur, qui se sera bien dépensé.

Les fausses croyances

« Mon enfant sait nager dès la naissance ». Désolé de vous décevoir, mais ce n’est qu’une illusion relayée par les médias. Les mouvements, qu’adopte le nourrisson dans les premiers mois, sont identifiés comme mouvements natatoires réflexes, mais ils ne peuvent en aucun cas s’apparenter à un savoir nager. L’apprentissage des « nages codifiées » peut être proposé à partir de l’acquisition, par l’enfant, d’un développement psychomoteur suffisant, amenant la capacité à coordonner ses mouvements, vers l’âge de 5-6 ans.

Le déroulement d’une séance

  • Pour une meilleure cohésion sociale, il sera toujours plus intéressant d’avoir des séances sur des créneaux d’âge similaire, avec des « fenêtres d’apprentissage » proches. Par exemple, regrouper les de 4 à 18 mois, 18 à 30 mois et de 30 mois à 4 ans.
  • Une eau comprise entre 31 et 33°C, soit une température idéale pour la thermorégulation des enfants, est un atout pour un bon déroulement de la séance. Le facteur limitant la durée de la séance sera la capacité d’attention des enfants. Je vous recommande donc des séances de 30 minutes pour les enfants de 4 à 18 mois, puis de passer à des séances légèrement plus longues de 18 mois à 4 ans, de l’ordre de 45 minutes.
  • Vos enfants sont extrêmement liés à vous ! Ils perçoivent vos ressentis et votre humeur. Il est donc primordial d’être la figure de référence dans la découverte de ce nouveau milieu. Si vous êtes réticents à une nouvelle activité, que vous n’êtes pas confiants, que vous faites du bruit, des gestes brusques avec un faciès apeuré à la moindre chute de votre enfant dans l’eau, il le ressentira immédiatement et risque de se bloquer. A l’inverse, si vous êtes détendu, que vous rentrez dans le jeu, que vous rigolez quand votre enfant boit la tasse, pour dédramatiser, alors votre enfant sera enclin à continuer sa découverte, car il aura confirmation par communication « non-verbale », qu’il est en sécurité.
  • Le début de séance se passe généralement par une prise de marque des enfants, se mouiller, retrouver les copains et les jouets qui plaisent. Le corps de séance sera mené par des idées d’activités proposées par le Maître Nageur avec les parents, qui auront pour rôle de faire adhérer l’enfant sans l’y contraindre. La fin de séance se fait généralement par un retour au calme, qui devra être instauré comme un rituel, afin d’éviter les crises de larmes en sortant, comme par exemple, faire l’étoile de mer sur le dos, écouter de la musique, chanter une comptine, etc…
  • Limiter l’absentéisme le plus possible. Vos enfants ont besoin de régularité, et une rupture trop longue peut amener à faire renaître des craintes antérieures. Bien sûr, les raisons médicales priment. 

Les bienfaits des séances de bébés nageurs

  • L’objectif principal de l’activité « bébé nageur » est d’aller progressivement vers une aisance aquatique par l’apprentissage de la flottaison, de l’équilibre, des appuis et des déplacements. La découverte de l’élément « eau », sa fluidité, sa résistance, et sa portance, amenant, par la suite, à un apprentissage plus facile de la nage.
  • Cette activité amène aussi un développement psychomoteur important grâce à son milieu. L’eau amène de nouveaux repères cutanés, qui aident à la visualisation du corps dans l’espace. Elle amène aussi à la perte de certains sens lors de l’immersion, comme l’ouïe et la vue, avec un transfert d’une position verticale à horizontale. L’eau sollicite donc les sens différemment, aide à la motricité, la tonicité, l’équilibration, la respiration et la propulsion.
  • Les séances de bébé nageur permettent un « développement affectivo-émotionnel ». Il s’agit d’un moment de partage, où les parents sont totalement disponibles pour leur enfant. La portance de l’eau vous met à même hauteur et vous rapproche physiquement. Elle fait de vous le référent émotionnel dans cette découverte et renforce le lien de confiance parent – enfant. De plus, les séances se pratiquent généralement à plusieurs, amenant un développement social : observation, imitation, coopération, partage, avec une intégration des règles et des limites. Tout cela amenant à une stimulation de l’envie de se déplacer, d’acquérir la marche, de grandir, d’être indépendant et autonome, donc de développer l’estime de soi et la confiance en soi.

Conseil de matériel à utiliser

Si vous rechercher du matériel qualitatif pour vos séances de bébé nageur, je vous recommande « la scolaire ».

Cet article a été écrit par Kévin Dumont de Health & Performance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *