Préparation physiqueSanté

Cryothérapie

Cryothérapie

La cryothérapie est souvent présentée comme le traitement miracle du 21ème siècle, mais techniquement, qu’est-ce que c’est ?

A quoi correspond la cryothérapie ?

Il s’agit d’un soin par le froid qui existe sous différentes formes :

  • La cryothérapie corps entier, qui consiste à rentrer dans une salle cryogénique durant 2 à 3 minutes, à une température comprise entre -110° à -170°C.
  • Le bain glacé de 6 à 15 minutes, pratiqué généralement par les sportifs après un effort intense (exemples : combat de boxe, match de rugby, etc…). Il consiste à plonger le corps entier ou une partie, dans un bac rempli d’eau avec des glaçons, pour se rapprocher de 0°C. L’eau devant être inférieure à 13,6° C pour avoir un effet antalgique, le ressenti du froid dans l’eau étant plus important que dans l’air.
  • Sous forme locale, glace ou gaz appliqué directement sur la zone souhaitée, sous forme de cryo-massage.

Quels sont les bienfaits ?

Toutes les études ont été menées sur des effets basés seulement sur un ressenti à court terme, rien n’est démontrer sur le long terme. Nous retrouvons :

  • Action analgésique : Le froid diminue l’excitabilité des nocicepteurs, qui sont des capteurs de la douleur, et amène à une sécrétion d’endorphine. L’effet est immédiat (10 à 15 secondes dès l’application) et va durer 30 minutes à 3 heures après l’arrêt du froid. Ce qui calme les douleurs articulaires, musculaires et tendineuses.
  • Effet anti-inflammatoire : Le froid provoque une vasoconstriction ralentissant l’œdème.
  • Action neurologique : A moins de 15 degrés, le froid diminue les spasmes musculaires en réduisant l’influx nerveux et l’élasticité musculaire.

Possibles effets secondaires

S’agissant d’un froid extrême, il peut y avoir des effets secondaires, comme :

  • Brûlure par le froid
  • Maux de tête
  • Urticaire chronique au froid

Protocoles

Toute condition extrême nécessite une préparation préliminaire, pour des raisons de santé.

Dans le cadre du protocole d’immersion en chambre d’air refroidi pratiqué par l’INSEP, il faudra traverser une salle à -10° puis -60°, avant de passer 2 à 4 minutes dans une chambre à -110°C. Durant ce temps, le patient marche tranquillement et reste en contact permanent (visuel et sonore) avec un opérateur. La séance ne doit pas être douloureuse, et la sortie se fera par le même chemin en repassant dans les différents sas avant de retrouver la température ambiante.

Personnes déconseillées

Certaines pathologies sont déconseillées pour la pratique de la cryothérapie corps entier et demandent un avis médical.

L’insuffisance respiratoire chronique ou une infection aigüe. La cryothérapie corps entier induit un risque d’anoxie, qui représente une complication lorsque la quantité d’oxygène dans le sang devient insuffisante et que le patient inhale des vapeurs d’azote. Toutes les salles doivent comporter un système d’évacuation des vapeurs d’azote et un détecteur d’oxygène pour mesurer la concentration en O2 dans la pièce.

Problème cardio-vasculaire car le choc thermique amène une vasoconstriction pouvant devenir dangereuse pour le cœur.

Exemples :

  • Infarctus du myocarde de moins de 6 mois
  • Antécédents d’AVC
  • Thrombose veineuse profonde
  • Hypertension tension artérielle (≥ 140/90)
  • Pacemaker
  • Anémie profonde
  • Syndrome de Raynaud

Femmes enceintes, la redistribution vasculaire pourrait être délétère pour le fœtus.

Article écrit par Kévin Dumont de Health & Performance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *