Préparation physique

Mauvaises postures répétées – Pied instable

Le pied instable amène plusieurs problématique.

Début d’entraînement, tensions dans le genou ou ailleurs, long échauffement pour activer, échauffer l’articulation, quand la tension veut bien s’atténuer …. On continue, on réalise notre entraînement, toujours une tension présente, peut-être un peu plus forte cette fois-ci. 

On se repose “ça va passer”. Tu te reconnais dans ce cercle vicieux ? Une tension, une gêne que tu traînes depuis des semaines / mois / années par intermittence ? 

Et si cette tension provient non pas de ton genou (ou zone en question), mais d’une autre structure déficiente qui répercute cette sensation sur ton genou ? Le fait de travailler sur ton genou ne changera rien de signifiant dans ce cas-là. Logique ? On va creuser un peu plus en détail !

Quel rôle pour chaque articulation ?

Pied instable

Ce schéma de Boyle’s illustre le rôle de chaque structure. 

Prenons l’exemple du pied, qui est le plus simple et le plus classique. Le pied, l’articulation de la cheville, la sous-talienne etc sont faits pour être mobiles ! On pourrait débattre des chaussures entravant les mouvements également. Si le pied devient plus rigide, à cause de la pratique sportive, de blessures mal ré-éduquées, de chaussures non adaptées, d’autres problèmes posturaux etc, alors il y’aura un manque de mobilité à compenser. 

Si le corps ne peut plus se permettre de bouger le pied de manière naturelle, une compensation interviendra au niveau du genou, qui de base stable, deviendra un peu plus mobile pour compenser le défaut du pied. Ce genou “mobile” entraînera un manque de stabilité qui se répercute au niveau de la hanche, ainsi de suite….

Que retenir de ce petit schéma ? On travaille la mobilité articulaire sur les zones qui ont besoin de mobilité pour s’assurer d’en avoir suffisamment. Vous pouvez tester facilement votre mobilité de chevilles par exemple, cela peut servir de bon point de départ !

La stabilité commence par les pieds

Le pied, premier élément à entrer en contact avec le sol. Des quantités astronomiques de forces passent par cette zone, à chaque contact et pour chaque pas, une énergie d’environ 2 fois notre poids de corps est généré. Multiplié par le nombre de pas quotidiens. Multiplié par 1 semaine. 1 an. Le pied doit donc être mobile (et fort) pour répartir convenablement les charges, gérer la sécurité, les bons feedbacks proprioceptifs etc. 

Comment savoir si ta cheville est stable ?

Tenir sur un pied, est ce que la cheville et le pied bouge dans tous les sens, ou bien on reste stable? D’autres composantes peuvent venir perturber ce test mais il s’agit d’un bon indicateur.

A ton avis, si ton pied est instable et envoie des feedback de mauvaises qualités, est ce que tu penses pouvoir réellement faire des perfs ? Que ce soit en Haltéro, Football, Boxe…. Le cerveau bridera le corps, comment ? En créant des tensions ou des douleurs, dans le pied ou ailleurs, pour t’empêcher de performer et de te placer dans des zones trop risquées.

Donc on résume :

Un pied instable peut créer biomécaniquement des tensions dans le genou, hanche etc. Il engendre aussi des feedbacks de mauvaise qualité, qui peuvent déclencher des mécanismes de protection dans le cerveau, qui viendra créer des douleurs ou des tensions ailleurs. L’un n’empêche pas l’autre. 

Il suffit de renforcer son pied, en travaillant son équilibre, sa mobilité, son contrôle, pour commencer à corriger cela.

L’idéal pour commencer ? On contacte un coach sportif pour être en sécurité !

Article écrit par : Vincent Bonis – Fondateur et Coach Sportif Personnel : 

Site internet : Holistic-Coaching

Mail : contact@holistic-coaching.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *